Accueil » Conférence de Tatiana Fabergé à Divonne

Conférence de Tatiana Fabergé à Divonne

31 Mar 2015

Portrait_Tatiana_FabergeDans le cadre du «Marché de Pâques russe», Tatiana Fabergé, arrière-petite-fille de Carl Fabergé, a donné une conférence sur les célébrissimes œufs réalisées par son aïeul.

«Cinquante-deux œufs impériaux ont été réalisés par la maison Fabergé, sans compter d’autres œufs créés pour des gens prestigieux, comme Nobel, Rothschild, la famille Kelch qui en possédait sept», explique Tatiana Fabergé. Mémoire vivante de la saga familiale.

L’aventure des œufs impériaux démarre en 1885 lorsque le tsar Alexandre III décide d’offrir un cadeau spécial à sa femme Maria Feodorovna à l’occasion de Pâques. Il s’adresse à Carl Fabergé, bijoutier orfèvre déjà connu qui réalise l’«œuf à la poule». Il est en or, sa coquille blanche opaque émaillée s’ouvre pour révéler sa première surprise, un jaune d’or jaune mat. Cela s’ouvre pour révéler une poule, de couleur or, qui s’ouvre également. 

L’impératrice Marie a tellement été enchantée par cet œuf qu’Alexandre III nomma Fabergé «orfèvre par nomination spéciale à la couronne impériale» et qu’il commanda un œuf à Fabergé à chaque fête de Pâques. «Cet œuf a été retrouvé et on peut le découvrir dans un musée à Saint-Pétersbourg. Malheureusement deux surprises ont disparu, comme c’est le cas pour de nombreux œufs», complète-t-elle.

Si l’on peut admirer de nombreux œufs dans des musées en Russie, aux Etats-Unis, de nombreux privés en possèdent comme la reine Elisabeth d’Angleterre et le prince Albert de Monaco. Certains ont disparu dans la tourmente révolutionnaire, et réapparaissent quasi miraculeusement sur un marché aux puces, ou tout récemment dans les Emirats arabes. Leur prix atteint des montants considérables. «Il y a des faux experts comme il y a des faux œufs. S’il n’y a pas de facture, l’authenticité est difficile à prouver. Il existe des experts qui sont aussi vendeurs, on peut parler de sortes de dealers”, raconte Tatiana Fabergé.