Lorsqu’on évoque les joailliers de la cour impériale russe, le premier nom qui vient à l’esprit est celui de Karl Fabergé, créateur des fameux œufs de Pâques, des porte-cigarettes précieux et d’objets plus simples que s’offraient entre eux les membres de la famille du tsar. Cependant, le titre honorifique de joaillier de la cour ou de fournisseur de la cour fut porté par d’autres maîtres de l’or et de l’argent.
Jérémie Pauzié
Favori de trois impératrices, Pauzié est devenu célèbre en fabriquant la grande couronne impériale pour l’accession au trône de Catherine II en 1762. Cette même couronne orna la tête des empereurs suivant jusqu’à Nicolas II. Constituée de deux hémisphères symbolisant l’union de l’Orient et de l’Occident, la couronne est décorée de 4936 diamants indiens pour une valeur totale de 2858 carats, de 75 perles et elle est surmontée d’un immense spinelle. Malgré cela son poids n’est pas très important, un peu moins de deux kilogrammes, et elle fut réalisée dans un délai record de deux mois.

Pauzié était un grand maître de la taille de pierres, principalement des diamants, qui étaient toujours très appréciés de ses protectrices, les têtes couronnées Anna Ivanovna, Elisabeth Petrovna et Catherine II. Sous leur règne, la cour brillait au sens propre. Pauzié raconte dans ses souvenirs de la vie en Russie : « Les diamants des dames de la cour habillent majestueusement la foule » et « même en privé, elles ne se déparent jamais de leurs ornements précieux ».

Le Suisse Pauzié est arrivé en Russie lorsqu’il était encore enfant. Selon la légende, il serait arrivé à pied avec son père à Saint-Pétersbourg, invité par un parent chirurgien à la cour de Pierre Ier. Son père décéda rapidement, et le fils devint l’apprenti de Gravero, tailleur de pierres fines français.

Bouquet de gemmes, 1740